Le PAJI

  • Le Prix Africain du journalisme d’investigation (PAJI).
    Initié en 2020 par la plateforme afro-européenne de journalistes Médias & Démocratie (M&D), ce prix vise à défendre, promouvoir et valoriser le travail d’investigation réalisé par des journalistes africains sur l’ensemble du continent. Soucieuse d’indépendance et de vérité, cette forme de journalisme est l’un des piliers des processus de transition démocratique engagés sur le continent.
  • L’investigation.
    Dans son « manuel de journalisme d’investigation », l’UNESCO écrit : “Le journalisme d’investigation implique d’exposer au public des affaires dissimulées de manière délibérée par une personne dans une position de pouvoir ou cachées accidentellement car elles étaient noyées dans une masse de faits et de circonstances qui en obscurcissaient la compréhension. Il nécessite d’utiliser des sources et des documents confidentiels ou publics”.
  • Des réseaux de journalistes.
    Le PAJI entend fortifier les réseaux de confrères et consœurs qui, en Afrique, défendent ce genre journalistique face à des États souvent hostiles à la liberté d’informer et à l’indépendance des médias. Après une première édition 2021 (PAJI-NZ) réalisée à Ouagadougou avec la CENOZO (cellule de journalistes d’investigation d’Afrique de l’Ouest) et le Centre National de presse Norbert Zongo (Cnp-NZ), la plateforme Médias & Démocratie coorganise l’édition 2023, à Dakar, avec le CESTI (Centre d’études des sciences et techniques de l’information), puis l’édition 2023 à Dakar avec le CESTI, la plateforme Médias & Démocratie (M&D) coorganise l’édition 2024, à Nouakchott, avec le SMJ dans le cadre du programme Rimédi@s.
  • Un prix panafricain.
    Qu’il s’agisse des lauréats, des membres du Jury ou des langues représentées par les différentes candidatures, le PAJI s’adresse à l’ensemble des confrères et consœurs du continent qui font vivre au quotidien le journalisme d’investigation. Il poursuit ainsi la tradition de nombreux autres prix du journalisme d’investigation en Afrique.
  • Une Capitale tournante.
    Dans ses principes fondateurs (2020), le PAJI a pour vocation d’être organisé chaque année dans une capitale africaine différente, de façon tournante. Après Ouagadougou en 2021, puis à Dakar en 2023, il aura lieu en 2024 à Nouakchott. L’année 2022 n’ayant pas permis, pour des raisons financières, à l’édition du PAJI 2022 de voir le jour.
  • Un Jury international.
    Il est composé en 2024 de 9 membres : 7 journalistes professionnels et deux représentants d’une organisation de la société civile. Chaque année, au-delà du cercle des membres du jury (journalistes et membres des sociétés civiles africaines), un(e) journaliste africain(e) sera désigné(e) comme « Invité spécial » du Prix.
  • Des lauréats africains.
    Les lauréats seront sélectionnés à partir d’un appel à candidature lancé en trois langues par les organisateurs (M&D – SJM – Rimédi@s) et diffusé par les partenaires du PAJI. Le prix sera l’occasion de récompenser jusqu’à 3 lauréats dans chacune des quatre catégories suivantes : Presse écrite / Médias du Web / Radio / Télévision.